Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2005

Programme des 10 ans - Lundi 24

Regard Indépendant fête ses dix années d’existence à l’occasion des 7e Rencontres. Il est de bon ton de jeter un œil en arrière à chaque anniversaire au chiffre rond et nous ne dérogerons pas à la tradition. Le programme des dix ans, proposé en ouverture, est à la fois un bilan et une proposition de pistes pour l’avenir. La création de la Coopérative du Cinéma et du Spectacle (devenue RI l’an passé) en 1995 entendait répondre à la question : comment aider les réalisateurs débutants de notre région ? Dix ans plus tard, il serait prétentieux de prétendre avoir trouvé une réponse. Pourtant l’association a joué son rôle, je dirais presque sans le faire exprès. Simplement du fait de son existence. Espace de rencontre et d’échange, première expérience de diffusion et de contact avec le public, les Rencontres ont été cela. Nous avons toujours la plus grande satisfaction à voir évoluer certains réalisateurs, à voir leurs films s’améliorer, leur talent s’affirmer et à les voir aujourd’hui engagés résolument dans une carrière professionnelle. Nous les aurions souhaités plus nombreux mais, comme le chante Alain Souchon, c’est déjà ça.

Aurelia Barbet, Anne Sophie Salles et Sami Lorentz représentent les réussites les plus exemplaires. Aurélia, en une décennie, aura réalisé une dizaine de courts et participé à autant de projets, dont Le Train, Jardin Public, les deux épisodes de Chloé Valens et Cette Femme à Laquelle Je Pense. Hôtel Plasky, en 2004, marque une évolution, le film faisant partie de la collection Photomobile initiée par les Films de la Belle de Mai et ayant bénéficié d’une copie 35mm. Le film circule beaucoup et c’est à cause d’un autre festival que nous ne pourrons le monter de nouveau. Mais depuis, Aurélia a réalisé avec Agathe Dreyfus Holiday, que nous sommes heureux de présenter pour la première fois à Nice, un film sélectionné entre autres à Pantin, Grenoble et Paris.

medium_holiday.jpg

Anne Sophie a fait ses études à l’ESRA Côte d’Azur avant de réaliser Madame Peloponnese en 1998 grâce au dispositif du SIRAR d’Aubagne. Ce film, inspiré de son expérience personnelle, est le premier film en 35mm réalisé par un membre de l’association. Nous l’avions présenté lors d’une soirée mémorable à Tourettes Levens. Les aventures de la vieille dame communiste, amoureuse de Jean Ferrat et de Robert Hue, ont eu une belle carrière en festivals et sur les chaînes de télévision. Ce court à ouvert la voie à Anne Sophie pour un premier long métrage qu’elle prépare activement et dont vous pouvez suivre les péripéties sur son blog hébergé, c’est la classe, par Télérama.

Sami sort de l’ESRA lui aussi. Son premier film étudiant promettait déjà. Il a beaucoup écrit par la suite, chaque histoire lui étant intimement liée. C’est finalement avec la quête de Bruno, un jeune trisomique de dix-huit ans, qui veut retrouver son père récemment décédé que Sami passe à la réalisation en bénéficiant d’une production conséquente. Le Petit Chevalier est un premier film exemplaire qui dépasse l’anecdote personnelle pour atteindre à une réflexion plus large sur le deuil et le fait de grandir. Mention à l’interprétation de Lothar Bonin qui fait oublier son handicap par sa sensibilité et son humour. Joli moment de cinéma quand il croise de son regard espiègle celui d’une jeune femme dans un couloir d’hôpital.

medium_chevalier_7.jpg

Trois valeurs sûres et deux espoirs. Le programme d’ouverture proposera Rimb, le nouveau film de Loïc Deltour. Un projet ambitieux autour du poète Arthur Rimbaud qui mêle vidéo, danse, fiction et super8. Soutenu par l’association, le film a bénéficié de nombreux soutiens : le Théâtre National de Nice, les Studios de la Victorine, la Comédie des Rempart, le Studio Actuel de la Danse, la Compagnie Humaine ou encore Dell'Arte Production. C’est peu à l’esprit de ce projet que nous devons l’orientation de ces 7emes Rencontres.

Entre Chien et Loup de Ronan Bertrand et Gregory Occelli, enfin, confirme le talent de l’équipe qui nous avait offert Souk El Had l’an dernier. Primé par les exploitants niçois, Entre Chien et Loup est symbolique de notre collaboration avec l’ESRA Côte d’Azur. Symbolique aussi de ces auteurs de talent que nous devons encourager à poursuivre leur travail en région.

Photographies : Holiday et Le Petit Chevalier, tous droits réservés.

 

07:00 Publié dans Programme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.