Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2005

La circulation des oeuvres

Le premier de nos objectifs, avec cette manifestation, est d'ouvrir un espace de diffusion aux films indépendants.

Le premier contact de son film avec un public est une étape essentielle pour le réalisateur débutant. Avec un public qui ne soit pas composé de son équipe et de leurs familles mais de véritables spectateurs curieux, séduits par tel ou tel élément, prêts à payer leur place pour voir le film.

C'est là, à travers cette rencontre et cet échange, que le réalisateur apprendra le plus sur son art, sur sa façon de s'exprimer et de faire passer son discours. C'est là aussi qu'il aura ses plus grandes satisfactions... ou ses plus grandes déceptions.

Cette rencontre n'est pas toujours facile à provoquer. Regard Indépendant bataille depuis de nombreuses années pour créer, fidéliser et développer un public, ce public mythique aux cents visages qui sera sensible au frisson de la découverte de nouveaux talents.

Montrer de tels films, films indépendants, premiers films, films d'écoles, est un véritable défi. Il est indispensable de les proposer dans les meilleures conditions techniques et d'accueil possibles. Nice, avec son sous équipement en matière de salles, est une ville qui ne favorise pas la circulation des oeuvres. Mais des solutions s'élaborent au fil des années, avec le cinéma Mercury, avec la Cinémathèque de Nice, et cette année avec le théâtre Trimages qui n'est autre qu'une ancienne salle de cinéma paroissial.

La circulation des oeuvres passe aussi par la création d'un réseau qui permet d'amplifier les échanges. Réseau d'associations amies comme les Instants Vidéo, La Réplique, Héliotrope, Le Logoscope, Vidéochroniques, Imagespassage ou le collectif CINEAC. Les programmations croisées et les cartes blanches lors des Rencontres permettent de confronter des pratiques et des univers. D'élargir notre point de vue.

Avec la dématérialisation des oeuvres de l'ére numérique, cette circulation doit être repensée de fond en comble. Aux problèmes techniques et d'espaces de diffusion s'ajoutent les problèmes de gestion des droits d'auteur permettant aux oeuvres de circuler sur la Toile librement et sûrement. Une première réponse a été apportée avec les Créative Commons, inspirée de l'aventure des logiciels libres. Aujourd'hui, le monde de la musique invente chaque jour de nouvelles façons de rencontrer un public. Le monde du cinéma et de la vidéo doit aussi faire sa révolution numérique.

Trois tables rondes illustreront ces thématiques :

Mercredi 26 octobre 17 h 30 Théâtre Trimages

Conférence débat sur les Créative Commons animée par Vincent Jourdan (Regard indépendant)

Jeudi 27 octobre 17 h 30 Théâtre Trimages

La diffusion à Nice : table ronde animée par Philippe Serve (Collectif CINEAC et Cinéma Sans Frontières)

Vendredi 28 octobre 17 h 30 Théâtre Trimages

Cinéma, vidéo et art vivant : passerelles et pratiques, table ronde animé par l'association Regard Indépendant

Entrée libre

16:15 Publié dans Rencontres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.